mercredi 17 septembre 2008

Zoli

de Colum McCann
La critique par Sophie Lebeuf
L’hiver, la solitude et le regret distillent leur parfum au fil des pages du nouveau roman de Colum McCann. Il décrit avec sincérité l’univers des Tziganes pendant la Seconde Guerre mondiale et la montée du communisme dans les vastes plaines et forêts de l’Europe de l’Est. Sans tabous, ni fioritures, les mots décrivent un univers fait de solidarités, de confréries, d’amour, mais aussi de trahison, de reniement, de solitude, d’incompréhension. Zoli, farouche héroïne de ce roman, séduit de sa voix chaude, de son tempérament de feu et de sa volonté impitoyable. Mais dans un monde où la révolution communiste prend toute son ampleur, même le plus puissant feu ardent se givre et devient glace… Quand deux mondes se rencontrent, s’attirent et se détruisent, la même question s’insinue, toujours plus pernicieuse : pourquoi ? Femme au destin lourd de conséquences, Zoli porte en son coeur les stigmates de son amour des mots et de la culture. A trop vouloir aider les siens, à trop vouloir croire en un avenir meilleur, elle finira bannie mais deviendra légende. Sur les pas de l’indomptable Tzigane, l’oeil du lecteur s’envole dans le ciel. Dans une mélancolique poésie, Colum McCann plante une histoire aux accents slaves où nostalgie et espoir se battent pour mieux s’étreindre.
Traduit de l’anglais (Irlande) par Jean-Luc Piningre.
336 pages.

"Zoli"
Résumé du livre
La première fois qu'il a entendu Zoli Novotna chanter, la première fois qu'il l'a vue danser, Stephen Swann est tombé fou amoureux. Mais Zoli est libre comme le vent. Orpheline de père et de mère, elle a grandi sur les routes auprès de son grand-père Stanislaus, qui a bravé l'interdit tzigane en lui apprenant à lire et à écrire. Et, surtout, il lui a transmis toutes ses histoires, celles que les Roms se racontent de génération en génération. Alors Zoli chante la vie des siens, leurs joies, leurs drames. Et, dans le plus grand secret, elle couche ses histoires sur le papier. Zoli est une poétesse.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :-)